par

Grèce: ma réponse à VGE

L’Express a publié un interview de Valéry Giscard d’Estaing sur la Grèce et avec lequel je ne suis pas d’accord. Voici ma réponse:

Pas d’accord.

– Vous dites que la Grèce de Tsipras s’oppose à une Grèce qui aurait adhéré aux critères de Maastricht. C’est malheureusement complètement faux. La Grèce a été acceptée dans la zone euro avec un déficit budgétaire de 4,5% et une dette de 103%, et rien dans la courbe que vous conseillez de regarder ne vient corroborer votre jugement (vous trouverez ces courbes pages 14 et 16 du document ci-joint. Vous devriez aussi rappeler que le Ministre des finances grec avait reconnu en 2004 que les données financières grecques soumises à l’UE étaient fausses, et ce brave ministre n’appartenait pas à Syrisa… L’UE n’a rien fait pour corriger les erreurs grecques pendant 10 ans et le réveil brutal de 2010 n’affranchit en rien l’Europe de ses erreurs et responsabilités passées. Syrisa n’est pas le coupable mais la logique expression d’une souffrance sociale, pour le reste la Grèce est tout autant coupable que les membres de l’Eurozone.

– vous donnez l’impression que tous les autres membres de l’Eurozone sont de bons élèves de Maastricht alors que ce pauvre traité, épouvantail creux des partis extrémistes, n’a malheureusement jamais été appliqué. À moi de vous demander de vous référer à ces mêmes courbes pour vous en convaincre.

– vous donnez l’impression que l’on peut se mettre en vacances de la zone euro pour la réintégrer plus tard quand tout ira mieux, c’est faire semblant d’ignorer la complexité et le coût de ces changements.

– l’Europe ne pourra plus faire de nouveaux pas purement techniques sans que nous ne fondions enfin une légitimité démocratique européenne

– je vous invite à lire mon billet The greek default is the shameful symbol of Europe’s total failure

Ecrire un Commentaire

Commenter