dans Non classé

Macron, un ‘’européen convaincu, même enthousiaste, mais lucide et sans complaisance’’

C’est avec grand plaisir que je participerai à la table Europe de la soirée d’En Marche du 6 avril à Berlin. Afin d’être utile sur le sujet je me suis fait une synthèse du chapitre XV (Refonder l’Europe) du livre Révolution, de l’interview d’Emmanuel Macron au journal Libération du 23 mars et du programme d’En Marche sur l’Europe. Synthèse que je vous livre ici.

 

Un constat critique

  • Les Non français et Hollandais ont cassé la dynamique de l’Europe.
  • L’erreur des pro-européens est d’avoir eu peur de la démocratie, d’avoir contourné le Non de 2005.
  • Le messages des référendums de 2005 : cette Europe n’est pas la nôtre, c’est une Europe trop exclusivement libérale et éloignée de nos valeurs.
  • On manque de leadership politique en Europe.
  • Les dirigeant européens sont faibles et choisis car étant faibles.
  • La Commission à 28 commissaires cela ne marche pas.
  • Nous avons une Europe des procédures, une Europe sans vision.
  • L’intergouvernemental a paralysé l’Europe, il ne permet pas de se projeter dans le futur.
  • Le mode de décision actuel est fatigué, il y a une envie de démocratie européenne.
  • On a assisté à un dévoiement du Marché Unique: on a libéralisé mais on a oublié la réglementation et la solidarité.
  • Il n’y a pas eu de débat politique sur les raisons de la crise de la dette qui sont liées à l’euro.
  • L’inachèvement de l’euro a été une faute, en l’absence de pilotage politique de la zone euro on a eu des déséquilibres accrus et des divergences accentuées,
  • Le Brexit exprime un besoin de protection.

 

Rien ne se fera en Europe sans le couple franco-allemand

  • Il y a de la place pour un leadership français en Europe, mais celui-ci implique que nous donnions l’exemple.
  • Il faut rétablir la crédibilité de la France avant de pouvoir relancer le couple franco-allemand.
  • D’où des Réformes structurelles en France immédiatement après la prise en fonction du nouveau Président pour pouvoir établir la crédibilité de la France face à l’Allemagne dès le lendemain des élections allemandes (Septembre).
  • Utiliser le couple franco-allemand pour relancer l’Europe et trouver une dynamique européenne via des conventions démocratiques organisées dans les 27 états membres.

 

Reconstruire un projet européen autour du concept de souveraineté européenne

  • L’Europe est notre chance de recouvrer pleinement notre souveraineté
  • La souveraineté c’est l’exercice par une population de ses choix collectifs sur son territoire.
  • Être souverain c’est pouvoir agir efficacement.

 

Pour une Europe dynamique et ambitieuse, ayant le gout de l’avenir, de la démocratie et du choix de la société d’ouverture

  • en faveur d’une Europe à plusieurs vitesses ou à plusieurs cercles
    • l’Europe des 27 pour traiter du numérique (y compris fond européen de capital risque), de l’énergie (y compris prix plancher du carbone), de la lutte contre le dumping commercial
      • Europe bon niveau pour mener une politique commerciale qui protège
      • Le Parlement Européen doit avoir plus de pouvoir pour ratifier les accords commerciaux européens
    • l’Europe de Schengen pour traiter des questions de sécurité, de la protection des frontières
    • Un périmètre restreint à la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, et la Grande-Bretagne pour construire l’Europe de la Défense
    • L’Eurozone 
      • pour asseoir une convergence fiscale et sociale,
      • un budget de l’Eurozone suffisamment solide pour pouvoir
        • gérer les crises
        • mener des politique contra cycliques,
        • investir
      • Le tout dirigé par un exécutif de la zone euro, un Ministre des Finances de la zone euro
      • contrôlé par un Parlement de la zone euro
      • Réformes structurelles dans les états et plan européen d’investissement
      • Pas de mutualisation des dettes passées
    • Sur la question des Réfugiés :
      • gérer les procédures d’asile dans les pays tiers
      • sanctions contre les états membres qui n’acceptent pas de réfugiés
      • 5’000 garde frontières aux frontières de l’UE.
    • Ratification de CETA (Comprehensive Economic & Trade Agreement – Canada/EU) mais mesures pour les secteurs qui peuvent être déstabilisés.
    • Ne pas relancer les discussions sur TAFTA (Trans Atlantic Free Trade Agrement – USA/EU free trade zone).
    • Pas d’arrangements fiscaux entre les états et les multinationales.
    • Pour un Buy Act européen : accès aux marchés publics européens pour les sociétés qui localisent au moins la moitié de leur production en Europe.
    • Erasmus élargi à 200’000 étudiants et apprentis.
    • Fond Européen de défense pour financer des équipements militaires communs.
    • Un QG européen permanent – initiative franco-allemande ouverte à ceux qui veulent.
    • Contrôle des investissements étrangers en Europe pour protéger les secteurs stratégiques.
    • Face au Brexit défendre l’ntégrité du Marché Unique.

 

Nous sommes l’Europe et l’Europe est notre responsabilité

  • Moment historique contre les ennemis de l’Europe, donc responsabilité historique face aux anti-européens – On ne peut pas être timidement européen sinon on a déjà perdu.
  • On a laissé la critique de l’Europe aux anti-européens.
  • Je suis un européen convaincu et même enthousiaste, mais lucide et sans complaisance.
  • Conventions citoyennes dans toute l’Europe fin 2017, résultant sur un projet qui sera adopté par tous les pays qui le souhaitent. Aucun état ne pourra bloquer le projet.

Ecrire un Commentaire

Commenter