dans Non classé

Un nouveau pulse pour #PulseofEurope

Pulse of Europe est une fantastique initiative citoyenne qui a le très grand mérite de montrer où se trouve la réalité de l’Europe. L’Europe ce n’est pas cette construction politique compliquée, ce monstre souvent inintelligible que les media situent à Bruxelles. Non l’Europe c’est nous, nous tous, avec toutes nos différences, mais avec tous nos héritages communs, et qui rassemblés constituent un socle non négociable de valeurs humanistes.

L’Europe ce n’est pas l’ânonnement de belles phrases politiquement correctes mais totalement creuses, non l’Europe c’est nous, c’est notre volonté de nous défendre face à la bêtise des populismes. L’Europe c’est notre volonté d’aller plus loin ensemble.

Donc un grand bravo et un grand merci à Pulse of Europe qui a su trouver ce succès bien mérité.

Mais maintenant que nous avons démontré dans la rue l’existence du peuple européen, n’est-il pas temps de réclamer une Europe plus démocratique, plus transparente, plus responsable ? Il serait sans doute illusoire de croire que nos manifestations puissent apporter une contribution très précise à des changements institutionnels. Mais il est un changement qui changerait beaucoup, sans pour autant nécessiter de casse-tête institutionnel. Exigeons simplement mais bruyamment que le Conseil Européen soit obligé de conduire ses sessions en public, devant les caméras.

Aujourd’hui le Conseil Européen, qui est la réunion des Chefs d’États et de Gouvernement de l’UE et qui en définit les priorités et les directions, est une boite noire, le symbole de l’Europe faite dans le dos des peuples, le temple de l’immobilisme intergouvernemental. Le caractère non-public de ses sessions le discrédite, nuit grandement à légitimité de l’Europe actuelle, l’a fait ressembler à une simple construction diplomatique, pire nous renvoie à des schémas du passé qui n’ont rien à voir avec la prétendue réalité démocratique de l’Europe. Le Conseil Européen a plus de point commun avec la Diète du Saint Empire et les caprices de ses Grands Princes Électeurs qu’avec une démocratie du XXIème siècle.

Le simple fait d’avoir des sessions publiques changerait beaucoup de choses. On dévoilerait le ridicule du protocole du Conseil Européen. On mettrait les États devant leurs responsabilités, on réduirait leur capacité de faire toujours porter sur l’Europe tous les maux, alors que dans notre Europe actuelle ce sont bien eux qui sont les responsables de pratiquement tous les blocages.

Le Traité de Lisbonne ne stipule pas que les sessions du Conseil Européens ne doivent pas être publiques. Il suffit donc de changer une pratique sans toucher aux textes pour renforcer grandement sur ce point la légitimité démocratique de l’Europe.

Exigeons-le. Que pulse of Europe porte ce message, semaine après semaine, partout en Europe, et aussi devant le bâtiment du Conseil à Bruxelles.

L’Europe c’est nous, et nous exigeons bruyamment la transposition dans la pratique de cette réalité. Il n’y a pas de démocratie sans transparence, et c’est pourquoi les sessions du Conseil Européen doivent être publiques.

Ecrire un Commentaire

Commenter