dans Non classé

La Commission et l’approfondissement de l’EMU. La Commission, vraiment ?…

On a peine à suivre la multitude de rapports de toutes sortes qui sont publiés depuis quelques semaines sur l’Europe. J’ai donc un peu de retard et viens de finir le ‘’Document de réflexion sur l’Approfondissement de l’Union Économique et Monétaire’’ publiée par la Commission le 31 mai dernier.

C’est un mélange de pédagogie, de résumé des idées en cours, et de propositions plus ou moins judicieuses.

La plus judicieuse est à mes yeux celle qui consiste à terminer la construction de l’Union Bancaire et à lui adjoindre une Union des Marchés et des Capitaux. Pour l’instant seul le premier pilier de l’Union Bancaire est (à peu près…) en place (le mécanisme de surveillance unique), mais le Fond de Résolution Unique (pour traiter des crises bancaires) et le Système Européen d’Assurance des Dépôts restent à définir et à mettre en place.

La zone euro gagnerait bien évidemment à aussi mettre en place un marché unique des capitaux, en intégrant le cadre de surveillance et de contrôle des marchés des capitaux européens. On ne peut qu’adhérer à ces suggestions de bon sens, et pas la peine d’attendre la prochaine crise pour continuer ce qui a à peine été entamé lors de la crise précédente.

Sur le reste le document est plus vaseux. La Commission s’est mise en tête de proposer des nouveaux produits financiers pour donner à l’Europe l’équivalent des Bonds du Trésor américains. Là j’ai un peu plus de mal à suivre. Pas besoin de créer de nouveaux produits sortis des cerveaux bruxellois, il suffit de créer un vrai budget européen et de recourir raisonnablement à la dette pour le financer, et le bond du trésor européen est né. Tout le reste est pure vue de l’esprit et que trop théorique.

La Commission reprend la liste des bonnes idées en vogue, budget, exécutif de la zone euro, contrôle démocratique de cet exécutif. Soit, et tout cela est très gentil, mais on attendrait là un pouvoir de lobbying plus pertinent et plus efficace. Et à vrai dire la vraie question posée par ce document est celle de la gouvernance européenne, du rôle de la Commission et même du devenir de l’Union Européenne par rapport à la zone euro. Ce document émane d’un organe européen qui voudrait bien, mais qui n’ose pas, qui ne sait pas comment, bref parfaitement à l’image de cette Europe qui ne cesse de faire semblant, engluée qu’elle est dans l’intergouvernemental. On aimerait que les auteurs de ce rapport nous disent comment sortir de ce théâtre d’ombres chinoises qui finit par lasser.

Si la Commission veut jouer un rôle dans cette transition démocratique et dans cette saine clarification, elle doit se montrer soit plus courageuse, soit plus efficace et pertinente. Sinon laissons-là dépérir et devenir la terne administration d’une Union Européenne abandonnée à la gestion passive des quatre libertés pendant que doit émerger un véritable exécutif, efficace et démocratique, de la zone euro.

Ecrire un Commentaire

Commenter