par

Brexit, ou la mort annoncée de l’Union Européenne

L’Union Européenne va mourir. On ne voit pas bien comment ceux qui ont été incapables de gérer correctement la crise bancaire, la crise économique, la crise grecque, la crise des réfugiés seraient à même tout à coup de gérer brillamment la crise du Brexit. La pièce ne fait que commencer et on voit déjà le scénario se mettre en place dans une triste logique que trop connue. Une France qui retrouve quelques bonnes paroles mais qui n’a plus du tout la crédibilité pour se faire entendre, une Chancelière, comme d’habitude dépourvue de vision et toute attentive à la cohésion pacifique des conservatismes les plus destructeurs. Aucun espoir non plus de voir une solution brillante sortir des institutions européennes, paralysées qu’elles sont par la cacophonie des États-Membres. Bref on s’apprête sans doute à assister à la énième scène, et espérons que ce soit la dernière, de ce théâtre verbeux, bruyant mais complètement inopérant de cette belle Europe intergouvernementale, la petite soeur mal-aimée mais pourtant tellement jumelle de la fameuse Europe des Nations si chèrement défendue par Marine Le Pen.

Tout cela est bien sûr d’une terrible tristesse, tristesse infinie de voir la Grande Bretagne foudroyée par le populisme anglais. Ce que Hitler n’avait pas réussi à faire, Farage l’a réalisé avec son sourire béat pour ne pas dire stupide. Et tous les ennemis de feue cette très grande Nation de s’en réjouir. Tristesse de voir tous ces petits potentats européens manquer à leur devoir et tellement trahir le merveilleux rêve qui était le nôtre, qui demeure le mien. Triste clin d’oeil à la paralysie politique polonaise du XVIIIème siècle qui s’est terminée par le partage du pays entre puissances beaucoup mieux organisées. Bref trahison historique qui ne fait à vrai dire que continuer.

On ne voit pas d’où pourrait venir un sursaut rapide. On va donc sans doute assister à une lente mort, doublée de la lente naissance d’une nouvelle organisation européenne. Il faut faire surgir du bourbier intergouvernemental actuel une Europe des solutions pour adresser de façon efficace les différents enjeux stratégiques à laquelle l’Europe est confrontée. Gestion de l’Euro dans ses conséquences fiscales et budgétaires, gestion de la question de l’immigration et des Réfugiés, Défense et Sécurité, transition climatique, transition numérique, puisque l’Union Européenne est incapable de relever tous ces défis, il faut très prosaïquement créer des coopérations renforcées sur chacune d’entre elles, mues par des gouvernances de type fédérales pour pouvoir mettre en place des solutions enfin viables. La somme de tout cela serait bien sûr une Europe fédérale, mais je crains que la crise ne soit pas encore suffisamment profonde pour faire surgir l’évidence de cette solution radicale.

Et puis la vérité est que même l’émergence de cette Europe Solution semble peu crédible. Comment tout à coup les grands médiocres qui nous gouvernent pourraient soudainement se ressaisir pour se transformer en hommes et femmes d’État avisés? Non à vrai dire je n’y crois pas. Il faudra à la fois un changement de génération politique, puis un changement de gouvernance… Donc du temps… que nous n’avons pas.

L’Europe n’a pas le temps. Il faut donc se mobiliser plus encore pour accélérer ces changements. L’Europe c’est nous et nous seuls. L’Europe ne sera que ce que nous en ferons. Nous. À nous donc de construire de ce que depuis des années j’appelle l’Europe Libre, une Europe retrouvée, heureuse dans son temps et ses valeurs, une Europe socialement juste, une Europe pleinement démocratique, efficace dans les politiques qu’elle entreprend, moderne, respectueuse des diversités, bref la puissance tranquille dont le monde a grandement besoin.

Contempler en silence, ou avec délectation pour certains, la mort annoncée de l’Europe intergouvernementale, ou participer à l’émergence d’une Europe Solution tel est notre choix. Et si ce choix est le nôtre j’espère de tout coeur que vous comprenez que c’est aussi le vôtre.

#WeAreEurope.

Ecrire un Commentaire

Commenter