par

La pauvreté c’est maintenant

La conjonction des symptômes est troublante, des maladies comme le scorbut que l’on croyait disparues depuis longtemps réapparaissent aux Etats-Unis, l’espérance de vie baisse aux États-Unis depuis trois ans et bien sûr le pays a confié son sort à une star de reality-show des plus populistes, des plus ridicules, et donc des plus dangereuses. L’analyse de ces trois faits nous ramène toujours vers la même cause, l’accroissement de la pauvreté et de la précarité aux États-Unis.

Et malheureusement ce que les Etats-Unis nous montrent aujourd’hui n’est que la caricature de ce que nous vivons aussi en Europe. Tout cela pointe un contrat social brisé qui laisse la pauvreté exclure de nombreux d’entre nous du rêve du progrès, et nous fait tous replonger dans les maux du passé.

Ce qui est troublant c’est que les symptômes se multiplient, les faits et leurs tristes conséquences sont là devant nous, et rien de bien important n’est entrepris pour changer cette réalité qui va finir pas détruire complètement nos sociétés. Certes on entend beaucoup de doctes experts ou d’habiles démagogues tellement heureux de trouver là matière à s’auto-promouvoir devant leurs publics, mais personne ne semble vouloir s’attaquer sérieusement au coeur du problème. Loin des idéologies politco-médiatiques et des paillettes, simplement protéger, éduquer, et réintégrer les plus fragiles d’entre nous dans notre communauté.

Il y a urgence, pas simplement pour montrer de plus jolies statistiques ou des hommes politiques plus respectables, ni simplement pour défendre une conception de l’homme un peu plus ambitieuse, ni même pour tout bonnement aider notre prochain que l’on pourrait éventuellement respecter un peu plus, mais aussi parce que très cyniquement, si nous ne le faisons pas, la tribalisation de notre monde va s’accentuer et il est fort à parier que les tribus les plus primitives et les plus violentes nous réservent des lendemains particulièrement détestables. Scenario que nous avons déjà connu au siècle passé.

La pauvreté c’est maintenant !

Ecrire un Commentaire

Commenter