par

La France doit maintenant rapidement lancer une initiative européenne sur l’immigration

L’Allemagne se lance enfin dans une réflexion sur les prémisses de ce qui pourrait devenir une loi d’immigration. La CDU-CSU rompt ainsi avec un tabou de plusieurs décennies, c’est elle qui en 2003 avait vidé de sa substance une première initiative portée par la majorité SPD-Grünen de l’époque.

On ne parlait jusque là en Allemagne que de droit d’asile dans un contexte où l’Allemagne affirmait ne pas être où ne pas vouloir devenir un pays d’immigration. Voilà que le très conservateur ministre de l’intérieur Seehofer lance un débat pour définir quelques points clés permettant d’accueillir des étrangers là où le marché du travail allemand montre des besoins non couverts. Ce sont 400’000 emplois qui restent vacants chaque année, surtout dans les domaines de l’informatique, de la construction et de la santé. L’Allemagne manque aussi cruellement de conducteurs de train.

L’Allemagne multiplie au même moment les négociations entre États européens pour obtenir des accords bilatéraux avec l’Italie, l’Autriche, l’Espagne et la Grèce. Bref l’Allemagne cherche à se prémunir contre l’absence de l’Europe sur ce sujet pourtant stratégique.

On ne peut qu’espérer que la France prenne rapidement l’initiative sur le sujet et sans doute suggérer que tous les États de l’Union qui ne l’auraient pas déjà fait définissent rapidement leurs propres règles d’immigration, mais par contre d’aussi suggérer de mettre en commun tout ce qui doit l’être aux frontières extérieures de l’Europe : police des frontières, gestion des demandes d’immigration, reconduction dans le pays d’origine.

Le dernier Conseil Européen avait été bien peu utile en ce domaine malgré de nombreuses communications d’autosatisfaction malheureusement peu étayées par des faits.

Il faut utiliser le levier européen pour résoudre ces questions concrètes. Si nous ne le faisons pas le chacun pour soi des accords bilatéraux se multipliera et une fois de plus l’Europe passera à la trappe derrière les flonflons d’une comm creuse et somme toute inutile. Source croissante de frustrations voire de révolte.

La refondation de l’Europe c’est aussi traiter rapidement sérieusement les problèmes concrets auxquels nous sommes tous confrontés en Europe.

Ecrire un Commentaire

Commenter