par

Grand Débat National, lettre ouverte à Chantal Jouanno

Lettre ouverte à Chantal Jouanno,

Madame,

Vous avez la grande responsabilité d’organiser le ‘’Grand Débat national’’ souhaité par Emmanuel Macron pour répondre au manque d’intégration des simples citoyens dans la vie politique nationale tel que souligné par le mouvement des Gilets Jaunes.

Ce Grand Débat National, si réussi, peut s’avérer être une grande chance pour le pays, non seulement pour trouver des solutions concrètes aux quatre questions choisies (transition écologique, fiscalité, organisation de l’État, démocratie et citoyenneté), mais aussi pour dessiner ce que devrait être l’évolution de notre démocratie. Sans bien savoir comment faire autrement, se dégage de nos démocraties occidentales une frustration grandissante face aux limites de démocraties purement parlementaires enfermées dans des logiques de partis.  On aspire un peu partout à compléter nos démocraties parlementaires par un engagement citoyen plus direct. La vérité c’est qu’il y a maintenant suffisamment d’expériences intéressantes   (au Canada, en Australie, en Islande, à Gdansk, en Belgique ou au Pays-Bas) sur ce que l’on appelle dorénavant la démocratie participative pour construire quelque chose de vraiment utile et démocratique, loin des pseudo-conventions démocratiques ou autres consultations citoyennes que l’on vient de connaître sur l’Europe et qui trop souvent n’ont été que de simples plateaux de communication offerts aux représentants de l’État, quand ce ne sont pas les représentants d’un parti ou ceux d’ONG. Les débats ont pu être intéressants mais il ne s’agissait pas de consultations citoyennes. Répéter de tels subterfuges serait une grave erreur politique dans le contexte politique détonnant actuel.

Ma vive recommandation serait de prendre cette occasion unique qui s’offre à nous pour organiser quatre assemblées, chacune d’entre elles composée d’au maximum 50 citoyens tirés au sort mais représentants cependant la diversité sociale et culturelle de notre pays, et d’assigner à chacune de ces assemblées un des 4 thèmes évoqués plus haut. Charge à elles de suggérer des réponses précises aux questions soulevées, en consultant des experts ou qui elles souhaiteront consulter. Ces intervenants externes ne devront pas faire des exposés ex-cathedra mais se contenter de répondre précisément aux questions que les assemblées voudront bien leur poser.

Ces citoyens tirés au sort devront se dédier entièrement à ce travail d’assemblée durant les deux mois impartis, recevoir une indemnité, et avoir la garantie de retrouver leur emploi après ces deux mois de vacances citoyennes intensives. Idéalement ces 4 assemblées devraient se réunir ensuite de façon ponctuelle pour juger du suivi des mesures qu’elles auront proposées.

Remercions les Gilets Jaunes de nous poser avec force des questions de bon sens d’équité sociale et démocratique avant que ces frustrations compréhensibles ne dégénèrent dans des raz-de-marée extrémistes.

Au travail et que vive la démocratie délibérative !

 

Ecrire un Commentaire

Commenter