par

Et le Modem dans tout cela? Patience active.

Ça piaffe dans tous les sens au MoDem. Devons-nous nous mettre En Marche avec Macron? Ou bien au contraire garder farouchement notre pré carré? Chercher un accord avec Fillon? Soutenir une candidature Bayrou? Chercher une alliance avec Valls?

J’avoue avoir louché du coté de Macron depuis longtemps, homme neuf, homme jeune qui épouse mieux le vent des temps nouveaux, pédagogue infatigable, excellent orateur, Européen convaincu, Macron a de quoi susciter l’intérêt.

Je n’ai pas encore lu son livre, ce que je ferai d’ici la fin de l’année, mais mon intérêt s’il ne s’émousse pas, se double déjà d’une certaine impatience. C’est bien d’être dans l’air du temps, mais encore faut-il offrir une réelle substance, et pour l’instant je n’en vois pas beaucoup. Ne serait-ce que du vent? Notre jeune premier va finir par lasser…

L’Europe évoquée sans cesse, mais de quelle Europe parle-t-on? Pour faire quoi et comment?

Je n’ai rien contre l’idée d’encourager le rêve de jeunes milliardaires en puissance, mais j’attends des propositions très concrètes en matière sociale pour accompagner la transition digitale qui chamboule déjà tous nos équilibres. Et je ne vois rien venir.

Le seul sujet où je reconnais à Macron une heureuse profondeur est celui de l’immigration et de l’identité, mais la touche est tellement impressionniste que je ne suis pas certain d’en avoir bien saisi les contours.

Bref si j’ai été heurté par les violentes salves d’un Bayrou en son endroit, et qui m’ont rappelé avec peine un certain duel avec Cohn-Bendit (…), je dois freiner mon enthousiasme de la première heure, pour voir si le vent se chargera d’une substance avec laquelle on peut réellement bâtir la nouvelle France dont on a tant besoin.

Je serai pour ma part incapable de voter pour un Fillon qui n’aurait pas complètement changé son discours sur la Russie et qui me rappelle la droite française des années trente qui redécouvrait, elle, une certaine germanophilie. Mon amour très sincère pour la Russie est conforté par 14 années passées dans ce pays. Mais ce n’est ni aimer, ni comprendre la Russie que de laisser Poutine lui ravir ses chances de rentrer dans l’avenir, et lui laisser la retransformer en un nouvel Empire du Mal, d’Alep à Donetsk. Comme l’a très bien chanté Patricia Kass sur l’Allemagne (et je suis franco-allemand) sachons où s’arrête l’indulgence.

Dans un tout autre registre Fillon n’a aucune chance de passer s’il ne contrebalance pas son ardeur thatchérienne par un accompagnement social ciblé. Et puis tout cela sens un peu trop les années 80…

Les jeux ne sont pas encore faits à gauche même s’il est fort à parier que comme à droite ce ne soit pas un candidat de la gauche et du centre qui émerge, mais le parfait représentant des aspirations du peuple de gauche du moment. Ce qui risque de nous ramener dans un mois à la case Macron. Celui-ci pourrait bien apparaitre comme le seul candidat de cette majorité introuvable de Juppé à Valls. Mais il n’y a pour l’heure rien de mieux à faire qu’attendre les résultats de la primaire de la gauche. Donc pas de précipitation.

Je ne conseillerais pas à ce stade à Bayrou de se représenter, il ne faut pas fragmenter cet espace politique que Macron ou Valls pourrait porter. François Bayrou serait plus utile en maintenant le Modem en ordre de marche pour rejoindre une majorité, de la droite et du centre si Fillon accepte de changer son programme (je n’y crois pas et … n’y croirais pas), ou de la gauche ou du centre si Macron s’étoffe ou si Valls l’emporte.

Le MoDem pourrait alors effacer l’erreur d’avoir tout miser sur le duel Juppé – Sarkozy, en présentant aux Français les 4 ou 5 idées phares qui pourraient réunir cette majorité de Juppé à Valls, et ce qui donnerait alors aux Modem un levier pour faire activement partie de cette majorité quelque soit le nom du prochain Président de la République.

Ces idées phares s’articulent pour moi autour des quelques concepts suivants

  • Une Europe à deux vitesses, avec une Eurozone fédérale et Union Européenne à l’anglaise,
  • Le douloureux mais nécessaire retour aux équilibres sur maximum 3 ans,
  • La mise en place d’un revenu minimal universel identique pour tous les chômeurs, tous les retraités et toutes les personnes en difficulté, et ce en remplacement de toute autre aide sociale sur ces trois catégories,
  • Réforme de la fiscalité dans un cadre européen,
  • Active politique de sécurité européenne concentrée sur la lutte contre le terrorisme
  • Une politique d’immigration européenne (comprenant un volet sécurité et un volet gestion de l’Islam comme religion en Europe).

Le Modem a un mois pour se faire entendre sur ces sujets avec la substance que je réclame aujourd’hui à Macron. Sans entrer dans trop de détails, mais pour définir des franches orientations pour structurer une politique, une majorité et redonner un cap à un électorat de plus en plus perdu face au chaos de la grande transition que nous vivons.

Ecrire un Commentaire

Commenter