par

Macron a vraiment tout faux sur l’Ukraine

La politique de Macron sur l’Ukraine a été assez décevante de 2017 à 2021, elle est maintenant carrément désastreuse et menace l’image et la position de la France en Europe.

Petite chronologie.

Le 17 décembre 2021 la Russie de Poutine lance un ultimatum à l’OTAN, ce qui laisse la France complètement indifférente. Aucune réaction officielle, aucun débat dans les média ou dans les forum géopolitiques traditionnels, le pays promoteur du concept de souveraineté européenne dort, fait le sourd ou montre son désintérêt complet pour la question du moment. Pendant ce temps les États-Unis se démènent, débattent, commentent, discutent avec la Russie. En France, silence radio complet, rien à voir, passez votre chemin.

Février 2022 les États-Unis ne cessent d’alerter sur l’imminence d’une attaque massive russe en Ukraine. La France ne veut pas le croire, appelle au calme, presque irritée de cette obsession américaine, et se trouve toute étonnée le 24 février quand effectivement la Russie attaque l’Ukraine sur plusieurs fronts. 

Macron, qui ne semble pas encore avoir compris qui était Poutine et continue à s’imaginer qu’il incarne la défense des intérêts stratégiques russes, s’est alors lancé dans une diplomatie téléphonique dont la naïveté et la totalité inefficacité ne l’a pas beaucoup grandi. La découverte des horreurs de Boutcha ont perturbé pour quelques petits jours une liaison téléphonique qui depuis semble de nouveau être le nec plus ultra de la diplomatie française.

On a eu ensuite droit au petit clin d’oeil entendu sur Marioupol où notre souverainiste européen nous avait promis des couloirs humanitaires pour la ville martyre. Promesse piteusement démentie quelque jours plus tard car ‘’les conditions n’étaient pas réunies’’… de qui se moque-t-on?…

On rappellera incidemment que la France est un des rares pays signataires du mémorandum de Budapest qui était censé garantir la souveraineté et l’intégrité de l’Ukraine. Constatons que la première aide militaire française apportée à l’Ukraine est franchement dérisoire, quelques vieux missiles milans, des gilets par-balles, du carburant. Les semaines passant cette aide augmente, on serait à environ 100M€ et ce qui inclut des canons Caesar (155mm, portée de 40Km). La Grande Bretagne s’est engagée pour une aide de 420 M€, donc quatre fois plus, l’Allemagne si décriée et non signataire du mémorandum de Budapest s’est engagée pour une aide militaire d’un milliard d’euros, soit 10 fois plus. Les États-Unis sont à 4 Md$. 

Dans ce contexte de grande timidité française, on attendait avec impatience le discours de Macron devant le Parlement Européen le 9 mai dernier pour enfin entendre le Président français sur le sujet. Or que propose notre grand européen aux Ukrainiens qui meurent au combat pour qu’une Ukraine libre puisse rentrer dans l’Union-Europénne, et qui repoussent seuls ce que le monde avait pris pour la 2ème ou 3ème puissance militaire mondiale? Rien, si ce n’est du mépris. Au mieux quelques décennies d’attente, au pire un enlisement dans une vague Confédération Européenne, vieille idée méditerrandienne agitée dans les années 90 pour tenter d’associer la Russie à une Europe qui ne savait pas comment ne pas la rejeter. Et tout cela asséné sur le ton doctoral de notre Monsieur-je-sais-tout , mais qui ne semble malheureusement pas comprendre grand-chose à l’Europe du moment.

Cerise sur le gâteau le Président Zelenski vient de dévoiler que Macron lui aurait vivement conseillé de faire des concessions territoriales à la Russie pour accélérer une processus de paix dans lequel la Russie ne perdrait pas la face. Tout simplement scandaleux.

Ce neutralisme français n’est pas seulement coupable, pour ne pas dire criminel sur le fond, sur les valeurs qu’il trahit. Il est dramatique pour l’avenir de l’Europe. Le citoyen franco-allemand que je suis ne regrette pas la mort en direct du mythe du couple franco-allemand qu’il était grand temps de dépasser. Par contre le fédéraliste européen que je suis également est atterré de voir comment le promoteur du concept de la Souveraineté Européenne offre l’Europe sur un plateau aux Américains. Il est malheureusement clair aujourd’hui que la souveraineté européenne du président française ne peut-être … qu’américaine… Cette guerre russe en Ukraine aurait pu être une occasion en or pour qui aurait été un véritable homme d’État pour assoir une souveraineté européenne conquise dans la catharsis d’une guerre inacceptable. Macron, piteusement caché sous le tapis, son téléphone à la main, donne une bien triste image tant de ses rêves européens que du pays dont il est le président. 

Le monde entier n’a pu qu’immédiatement reconnaître que Zelenski était l’homme de la situation, Macron ne l’est clairement pas. Et la place de la France dans l’Europe de l’après-guerre en pâtira assurément…